Livres
Histoire - Politique
  • Bogdan Chmielnicki (Bohdan Khmel'nyts'kyi)
    Fac - similé de l'édition originale (1865).
    Cette réédition reproduit intégralement l'une des oeuvres les moins connues de Prosper Mérimée: l'essai historique qu'il a consacré à l'hetman cosaque Bohdan Khmelnytskiy (Bogdan Chmilenicki), homme d'Etat et chef de guerre ukrainien du milieu du XVIIème siècle. Bohdan Khmelnytskiy est l'homme qui conduisit , à partir de 1648, la plus grande révolte des cosaques d'Ukraine contre la domination polonaise; qui fit de ces cosaques l'ossature d'un véritable État en Ukraine centrale.

    - 2007- 296 pages -
    Lire la suite
    Prix : 26,00 €
  • Faux coupables
    Format : 14 x 22 cm
    352 pages
    Criminalisation du quotidien, procès publics, délateurs et dénoncés : la répression qui s’abat sur la société soviétique à l’aube du stalinisme n’épargne aucune catégorie sociale. C’est en partant des milieux scientifiques en Ukraine décimés par les purges, et en particulier de deux grands savants, Gruševskij et Efremov, qu’Alain Blum et Yuri Shapoval illustrent les mécanismes de cette violence aveugle jusqu’à l’absurde.

    Retranscriptions d’interrogatoires, rapports de la GPU, journaux intimes des accusés, dépositions soutirées aux prisonniers : ces pièces d’archives inédites décrivent la montée de la peur, les humiliations, les menaces de représailles, les condamnations. Une inquisition d’un genre nouveau qui préfigure la Grande terreur et s’exerce avec d’autant plus de brutalité que Staline nourrit une méfiance obsessionnelle à l’égard des élites ukrainiennes, soupçonnées de nationalisme. Une étude fondamentale pour comprendre la genèse et les rouages de la répression stalinienne en Ukraine.
    Lire la suite
    Prix : 28,60 €
  • Rus' de Kyiv et Russie moscovite
    1991, 288 p
    I. SORLIN, Les premières années byzantines du Récit des temps passés (p. 9)
    Résumé en anglais (p. 18)
    Fr. J. THOMSON, Les cinq traductions slavonnes du Libellus de fide orthodoxa de Michel le Syncelle et les mythes de l’arianisme de saint Méthode, apôtre des Slaves, ou d’Hilarion, métropolite de Russie, et de l’existence d’une Église arienne à Kyiv (p. 19)
    Résumé en russe (p. 54)
    J. JOHANNET, Les chapitres de définitions philosophiques dans l’Izbornik de 1073 (édition gréco-slave) (p. 55)
    Résumé en russe (p. 111)
    M. TAUBE, Une source inconnue de la chronographie russe : le Dialogue de Timothée et Aquila (p. 113)
    Résumé en anglais (p. 122)
    S. CRÊTAUX, Confrontations et syncrétismes symboliques chez les Mérovingiens et les Riourikides (p. 123)
    Résumé en russe (p. 143)
    J. BLANKOFF, Černigov (Chernihiv), rivale de Kyiv ? : à propos de son développement urbain.(p. 145)
    Résumé en anglais (p. 155)
    G. BROGI BERCOFF, Considérations sur la structure compositionnelle du Skazanie o Mamaevom poboišče (p. 161)
    Résumé en russe (p. 173)
    S. M. KAŠTANOV, L’administration locale et la propriété foncière en Russie au XIVe siècle (p. 175)
    Résumé en russe (p. 183)
    Vl. VODOFF, Qui étaient les bojare vvedennye ? (p. 185)
    Résumé en russe (p. 193)
    P. GONNEAU, Les trublions au monastère (bezčinniki monastyrskie) : indiscipline et partage du pouvoir à la Trinité-Saint-Serge au XVe siècle (p. 195)
    Résumé en anglais (p. 206)
    Chr. HANNICK, Le métropolite Hiérothée de Monembasie et son rôle dans l’érection du patriarcat de Moscou (p. 207)
    Résumé en allemand (p. 215)
    D. SCHAKHOVSKOY, Idéologie et société en Russie, XIe-XVIIe siècle (p. 217)
    Résumé en russe (p. 227)
    A. BÉRÉLOWITCH, Hiérarchie et préséances : le cas de la Russie au XVIIe siècle (p. 229)
    Résumé en anglais (p. 244)
    C. BORTOLI, Une nouvelle collection d’icônes en France : le fonds Henri Collin du musée des Beaux-Arts de Rouen (p. 245)
    Résumé en anglais (p. 257)
    Lire la suite
    Prix : 21,67 €
  • LA CRIMÉE, DES TAURES AUX TATARS
    février 2014 - 206 pages
    A l'occasion du 70e anniversaire de la déportation des Tatars de Crimée par le pouvoir soviétique (1944) et du soixantième anniversaire de la cession de la Crimée à l'Ukraine (1954), ce livre retrace l'évolution de ce pays, péninsule au sud de l'Ukraine, et de ses populations successives et de leurs cultures. Il explique pourquoi la Crimée, qui forme aujourd'hui une république autonome au sein de l'Ukraine indépendante, est redevenue l'enjeu d'oppositions ethniques et diplomatiques.
    Lire la suite
    Prix : 20,50 €
  • Ukraine- L'indépendance à tout prix
    Date de parution : 20/05/2014 - Format : 14 x 20,5 cm, 464 p.,
    Pour « quitter » l’Union soviétique, il ne suffit pas de la désagrégation d’un « bloc », d’un putsch raté et de déclarations de souveraineté. Des murs tombent et des traités sont bons à jeter, mais quels épisodes un État nouveau traverse-t-il en quelque vingt années, fût-il en quête de démocratie et de valeurs européennes ?
    L’Ukraine aura fait figure de pionnière en matière de subversion – révolution démocratique, révolution civile, « révolution orange » –, elle n’en est pas moins confrontée à toutes les difficultés propres aux pays issus de l’Union soviétique : bataille avec les structures de l’ancien régime, lutte contre la corruption, mutation dans les mentalités. La population parfois freine, puis prend de l’avance sur ses dirigeants qui se comportent comme des nouveaux riches de la politique, davantage soucieux d’exhiber le droit que de l’appliquer…
    Annie Daubenton explore le kaléidoscope ukrainien en juxtaposant des approches qui touchent à l’histoire, à la vie de la société, à l’analyse des pouvoirs anciens ou nouveaux, sans oublier le caractère romanesque des égarements d’un État qui se cherche. Il en ressort un livre qui éclaire un pays mal connu, sinon sous la forme de quelques clichés – la « révolution orange », Viktor Yushchenko, le président au visage grêlé, ou Yuliya Tymoshenko, Premier ministre, auréolée d’une natte – pour entrer dans les méandres d’un État en construction où parfois l’absurde le dispute au paradoxe ou à une forme d’idéalisme.
    Comment se déprendre de l'Union soviétique ? Pour l'Ukraine, c'est, depuis 1990 et les premiers mouvements populaires pour l'indépendance, et jusqu'à la révolution de 2013-2014, la même question qui se pose. Écartelée entre la Russie poutinienne, qui refuse de laisser le pays prendre son envol, et l'attrait pour l'Europe, l'Ukraine ne cesse, depuis 20 ans, de réclamer la liberté, l'indépendance et un État de droit. Si l'Ukraine a fait figure de pionnière en matière de subversion ' révolution démocratique, révolution civile, « révolution orange » et Maïdan ', elle n'en est pas moins confrontée à toutes les difficultés propres aux pays issus de l'Union soviétique : bataille avec les structures de l'ancien régime, lutte contre la corruption, mutation dans les mentalités. Tout l'enjeu de cet ouvrage est de comprendre ce parcours complexe de l'Ukraine depuis la chute de l'Union soviétique et d'essayer de voir, au-delà de la révolution de 2013-2014, ce qui peut advenir.

    Annie Daubenton, journaliste et essayiste, a été correspondant permanent de Radio France à Moscou, puis conseiller culturel à Kiev. Chercheur indépendante, elle tient un blog sur le site d'Alternatives économiques.
    Lire la suite
    Prix : 23,00 €
  • Russie-Ukraine : de la Guerre à la Paix ?
    Date de parution : 12 juin 2014

    Antoine Arjakovsky est un historien français, né en 1966. Il a défendu sa thèse de doctorat à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris en 2000 sur « La génération des penseurs religieux de l'émigration russe. La revue La Voie (1925-1940). » Entre 1989 et 2002 il a travaillé au Ministère des Affaires Etrangères comme directeur du Collège Universitaire Français de Moscou, attaché de coopération éducative à Kyiv et directeur-adjoint de l'Institut Français d'Ukraine. En 2004 il a créé et dirigé l'Institut d'Études Œcuméniques au sein de l'Université Catholique d'Ukraine et reste à ce jour membre du Conseil d'administration et Senior Fellow de cet Institut. Depuis septembre 2011, il co-dirige avec Antoine de Romanet le département « Société, Liberté, Paix » du pôle de recherche du Collège des Bernardins à Paris. Il a publié plusieurs ouvrages consacré à l'histoire de la pensée chrétienne orthodoxe et a enseigné dans plusieurs universités européennes et américaines (Académie Mohyla de Kyiv, Université Lomonossov de Moscou, Université catholique de Louvain, Centre Sèvres, Notre Dame University, etc...). Il est marié et père de deux enfants.
    Lire la suite
    Prix : 20,00 €
  • HISTOIRE DE LA GUERRE DES COSAQUES CONTRE LA POLOGNE
    septembre 2014 • 192 pages
    Introduction et notes de Maxime Deschanet

    Ce livre est la réédition de l'Histoire de la Guerre des Cosaques contre la Pologne, publiée à Paris en 1663 et 1668 par Pierre Chevalier, conseiller du Roi en sa cour des monnaies. Selon ses propres dires, il aurait été secrétaire de l'ambassadeur de France en Pologne et aurait conduit 2000 Cosaques engagés dans les armées françaises. Véritable travail d'historien, son livre est une source utile pour l'histoire de la guerre de libération du peuple ukrainien, débutée en 1648.
    Lire la suite
    Prix : 19,00 €
  • LES UKRAINIENS
    18 septembre 2014 - 144 pages
    Auteur: Sophie Lambroschini

    Ancienne journaliste (Libération, Le Point, Radio Free Europe), Sophie Lambroschini est actuellement chercheuse-doctorante à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Spécialiste de la Russie et de l’Ukraine, elle réside depuis 2005 à Kiev, après 10 ans passés à Moscou.
    Les Ukrainiens, qui sont-ils ?… Oukraïna signifie “aux confins” et les Ukrainiens sont par conséquent “ceux des confins”, rendus presque éphémères par la puissance du maelström géopolitique actuel. Si l’Ukraine fait la Une, les Ukrainiens, eux, plus rarement : un reportage à chaud, produit dans l’instant, n’offre que rarement au lecteur la possibilité de saisir l’esprit d’une nation en devenir, résultat d’un passé complexe et lointain.

    Il est temps de ramener les Ukrainiens “des confins” au centre du récit. C’est l’objet de ce livre : amener le lecteur à une connaissance des Ukrainiens détachée de la fébrilité actuelle. Découvrir ce peuple “du sud”, chaleureux, émotif, prêt à faire la fête, malgré une identité floue, un territoire malmené par l’histoire, un manque d’assurance exacerbé par les fractures identitaires, sociales et géographiques, et dont la crise actuelle ne fait dramatiser les enjeux
    Lire la suite
    Prix : 12,00 €
  • UKRAINE, LE REVEIL D'UNE NATION/
    NOUVELLE ÉDITION AUGMENTÉE/ A paraitre le 18.10.2018
    L'Ukraine est au centre de la nouvelle Guerre Froide entre l'Est et l'Ouest. En 2013 les Ukrainiens ont fait une révolution pour se rapprocher de l'Europe. Ils l'ont payé par l'annexion de la Crimée, puis un conflit armé à l'est de leur territoire, alimenté par la Russie voisine. Depuis, le pays tente de se construire un nouveau destin. Quelles sont ses chances d'y arriver? D'où est venue cette aspiration à s'émanciper? Entre enquête et reportage, ce récit revient sur les évènements clés de la crise ukrainienne, dont l'auteur à été le témoin, pour les décrypter. Le livre dessine ainsi le visage de cette nouvelle Ukraine en train de naître, jeune pays, mais vieille nation au destin longtemps contrarié.
    Cet ouvrage connaît aujourd'hui sa deuxième édition. Paru en 2015, il retraçait tous les évènements de la révolution. Le texte a été revu et l'auteur a ajouté une quatrième partie qui retrace les évènements jusqu'en 2018 et dresse le bilan des réformes accomplies jusque là.
    Alain Guillemoles
    Chef-adjoint du service étranger au quotidien La Croix, il est journaliste spécialisé sur l’Europe centrale et l’ex-URSS. Il enseigne également à l’université Mohyla de Kyiv.
    Ses livres

    Même la neige était orange, la révolution ukrainienne (Auteur)
    Sur les traces du Yiddishland : un pays sans frontières (Auteur)
    Gazprom, le nouvel empire (Auteur)
    Ukraine - le réveil d'une nation (Auteur)
    Lire la suite
    Prix : 16,00 €
  • UKRAINE : PRÉMICES DE GUERRE FROIDE EN EUROPE ?
    La crise ukrainienne préfigure les prochaines guerres, froides ou chaudes, en Europe. L'Ukraine n'est pas qu'un théâtre géopolitique séculaire des tensions Est-Ouest, mais bien une pièce nouvelle que ses acteurs (Europe, Russie, États-Unis, Chine, Asie centrale) seront amenés à rejouer, avec quelques variations, dans les années à venir. Ce sont les nouvelles règles du jeu international qui sont de décryptées à travers l'analyse de la situation ukrainienne, appelée à devenir la matrice des conflits de demain.





    • 1 janvier 2015 • 154 pages
    Lire la suite
    Prix : 15,50 €
  • Goodbye Poutine
    2015- 400 pages
    Depuis la Révolution Orange l’Ukraine tente de basculer vers la démocratie. Mais la Russie de
    Poutine refuse de reconnaître son indépendance souveraine.
    Brutalement annexée le 18 mars 2014, alors qu'au début de ce même mois Vladimir Poutine assurait le contraire, la Crimée est elle déjà passée par pertes et profits?
    Par pertes pour l'Ukraine et le monde civilisé,respectueux du droit international et d'une certaine morale, au profit de l’état KGB russe ?
    En réalité, la Russie fait la guerre à l’Ukraine par séparatistes prorusses interposés. Et malgré les sanctions adoptées par l’Union européenne et les Etats Unis, le président russe s’entête contre toute raison.
    Se comportant en « seul propriétaire légitime» de l'Ukraine, résolu à dicter sa loi, il a ouvert la boîte de Pandore, dont nul ne sait comment la refermer. L’avenir s’annonce donc incertain. Les précédentes opérations néo impérialistes de Moscou, menées en toute impunité, n’ont pas réussi à guérir la cécité des Occidentaux.
    Cette fois, la communauté internationale a telle enfin réalisé à quel point Poutine est dangereux pour le monde libre ? Rien n’est moins sûr…
    Si le président russe ne s'était pas ingéré dans les affaires intérieures de Kyiv, s'il avait laissé l’ex président prorusse Ianoukovych signer les accords avec l'UE – accords que nul n’a critiqué à l'Est du pays – l'Ukraine entretiendrait aujourd'hui des relations privilégiées avec l'UE tout en conservant – chose normale – des liens étroits avec la Fédération de Russie.
    Mais le Kremlin, qui craint pardessus tout que le virus libertaire ne contamine le peuple russe, en a décidé autrement.
    Poutine le Soviétique, Poutine le rétrograde, chef d’une junte militaire qui entraîne son pays en arrière, n'a pas compris que les temps ont changé. Après avoir re soviétisé la Russie, il s’autorise à violer plusieurs fois la Charte de l'ONU, à bafouer tous les accords et traités signés (avec la CFCEOSCE, le Conseil de l'Europe, la CEI, le Mémorandum de Budapest, etc.).
    Et à dicter sa loi au monde.
    Grave erreur. Car après les Ukrainiens, les premières victimes de cette fuite en avant seront les Russes eux mêmes comme en témoigne la crise qui secoue leur pays.Goodbye, Poutine n’est pas un slogan qui reprend le « dégage » du Printemps Arabe ou du Maïdan 2013- 2014.
    Sous la direction de la russologue Hélène Blanc, qu’on ne présente plus, les voix multiples, les regards croisés des meilleurs observateurs de l’Union européenne, de la Russie et de l’Ukraine, tous incontestables, analysent la crise la plus grave qu’ait connue l’Europe à 28. Dans l’impasse actuelle, leurs éclairages pluriels sont infiniment précieux.
    Malgré une propagande incessante, un double jeux et un double langage, le masque est tombé : Goodbye, Poutine.
    Lire la suite
    Prix : 19,00 €
  • Ukraine, cette terra incognita
    320 pages - Mai 2015 - 13x2x22,5
    Présentation de l'éditeur
    Qu’est-ce que les Français savent au juste de l’Ukraine ? Il y a quelques années, c’était uniquement Tchornobyl (1986). Ensuite, la « révolution orange » et son égérie, la femme à la natte, Youlia Tymoshenko (2005). Puis, l’Euro-2012. Puis, en 2014, l’Euromaïdan, la fuite du président Yanoukovych, l’annexion de la Crimée par la Russie, une guerre qui ne dit pas son nom mais qui ronge le territoire ukrainien…
    Malgré les titres dans les médias, la plupart des Français ont des idées très vagues sur ce pays. Combien parmi eux se rendent-ils compte que le territoire de l’Ukraine dépasse celui de la France ? Que c’est l’un des pays les plus peuplés de l’Europe, avec ses 43 millions d’habitants ? Que ce pays avait connu une sorte de démocratie militaire aux XVI-XVIII siècles ? Que l’Ukraine possède l’une des plus vieilles universités de l’Europe de l’Est, fondée en 1615, bien avant Moscou et Saint-Pétersbourg ? Que la langue ukrainienne n’est pas plus proche du russe que le polonais ? Que de nombreux écrivains et artistes, comme Gogol, Malevych, Dovzhjenko ou Alexandra Exter, sont d’origine ukrainienne et se sont inspirés de la culture ukrainienne ? Que l’intelligentsia ukrainienne fut presque totalement exterminée à l’époque stalinienne ? Que les dissidents ukrainiens dont des écrivains et des poètes militant pour le renouveau de la culture ukrainienne ont formé le groupe le plus nombreux de prisonniers politiques sous Brejnev ?
    Les préjugés sur la proximité linguistique et culturelle entre les Russes et les Ukrainiens sont tels que la culture ukrainienne reste une sorte de terra incognita en France. Fidèle à sa vocation, La Règle du jeu corrige cette injustice et permet à ses lecteurs de découvrir la diversité culturelle ukrainienne, à travers ses écrivains et ses poètes, ses penseurs et ses artistes. Au menu, la littérature, le cinéma, le théâtre, la photographie, les portraits de quelques villes et régions, mais aussi la réflexion historique et philosophique.
    Lire la suite
    Prix : 20,00 €
  • Pravda de Babouchka
    - 2015 - 400 pages - format 140 x 210
    Enseignant , grand sportif, Jean Dherbey a sillonné l'Europe et le Maghreb.
    Le hasard des voyages lui a fait découvrir l'intimité d'une famille ukrainienne.
    Il vit aujourd'hui dans les Alpes. La hauteur des sommets lui donne un regard sur ces rencontres qu'il nous livre à l'écrit.
    D’abord victimes des grandes purges de Staline au début des années trente, puis du bolchevisme, Yanina et sa famille ont ensuite subi la Seconde Guerre mondiale. Cette chronique s’achève peu après l’explosion d’un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986, alors que l’horizon de la perestroïka offrait un peu d’espoir…
    En devenant la plume de cette babouchka, Jean Dherbey nous propose une saga ukrainienne issue de témoignages familiaux à peine romancés. Il nous dévoile l’âme d’un peuple soumis à la dictature qui engendre révolte et résistance, mais aussi allégeance, mensonge et trahison.

    Berceau de la civilisation slave orientale, l’Ukraine, qui a toujours connu des mouvements géopolitiques, partage une longue histoire avec la Russie. Pris dans l’étau de la folie de ses dirigeants, son peuple a enduré tour à tour les invasions, les kolkhozes, l’Holodomor et l’Holocauste, les guerres, les goulags, et les technologies mal maîtrisées.
    Lire la suite
    Prix : 22,00 €
  • LE PREMIER JOURNAL EN UKRAINE - GAZETTE DE LEOPOL 1776
    La plupart des journaux de langue française, paraissant au XVIIIe siècle dans divers pays de l'Europe occidentale, ont déjà été largement étudiés.
    Par contre, peu nombreuses sont les études sur les journaux de langue française paraissant alors en Europe orientale.
    En publiant cette étude, nous voulons soulever un voile de l'oubli qui recouvrait jusqu'à présent l'existence d'un de ces journaux en 1776 – la Gazette de Leopol, en présentant son histoire aussi complète que possible, ainsi que son très riche contenu, pour qu'elle puisse enfin occuper la place qui lui revient à côté d'autres journaux de cette époque déjà étudiés.
    Ivan Krevetskyï expliquait qu'il faut prendre en considération que « l'Ukraine n'est pas seulement le peuple qui parle la langue ukrainienne, mais en premier lieu, le territoire sur lequel vit ce peuple et tout ce qui s'y trouve ». Aussi, il soulignait qu'en ce qui concerne l'histoire de la presse, il faut, certes, faire une distinction entre la presse nationale ukrainienne et la presse en Ukraine publiée dans d'autres langues. Ainsi, s'il affirmait que la Gazette de Leopol était le premier journal en Ukraine, c'est parce que, chronologiquement, il a paru avant que soit édité le premier journal en langue ukrainienne.
    Nombre de pages : 416 (format 17,4 x 22 cm)

    Après des études supérieures (sciences politiques, langues orientales, journalisme), l'auteur a travaillé pendant plusieurs dizaines d'années comme journaliste responsable des pays de l'Europe de l'Est et a terminé à L'Express.
    Depuis, en tant que chercheur, il fait partie de la Société Internationale d'Étude du dix-huitième siècle, Fondation Voltaire, Université d'Oxford.
    Lire la suite
    Prix : 40,00 €
  • ANNALES DE LA PETITE-RUSSIE ou histoire des cosaques zaporogues et des cosaques de l'Ukraine
    2015 - 504 pages - broché
    Introduction et notes de Maxime Deschanet
    Au cours du XVIIIe siècle, les recherches sur les Cosaques et sur l'Ukraine furent importantes, et cet ouvrage, dont la première édition date de 1788, est sans conteste la publication la plus remarquable. Il est le premier ouvrage produit en français consacré à l'Histoire globale de l'Ukraine. Il reflète l'intérêt de l'auteur, attaché à l'ambassade de France à Saint-Petersbourg, pour le sort du peuple Ukrainien et son désir de faire comprendre l'Ukraine à l'Occident, ainsi que les moyens de son développement historique et sa relation avec les pays voisins.
    Lire la suite
    Prix : 45,00 €
  • L'UKRAINE : ENTRE DÉCHIREMENTS ET RECOMPOSITIONS
    Après une révolution qui n'a pas tenu ses promesses en 2014 et le redécoupage de ses frontières, l'Ukraine est à un tournant de son histoire. Depuis plus d'un an, la crise en Ukraine et ses implications stratégiques régionales ont monopolisé l'opinion publique.
    mars 2015 • 220 pages
    Cet ouvrage, qui retrace la crise de Maïdan depuis novembre 2013, ses implications en Crimée et, plus récemment, dans la région du Donbass, tente de rétablir une grille de lecture prenant en compte aussi bien le point de vue ukrainien que russe, européen qu'américain.
    Lire la suite
    Prix : 25,00 €
  • "Les Etats ukrainiens 1917-1922"
    LES ETATS UKRAINIENS (1917-1922).
    « République populaire d’Ukraine », « Etat ukrainien », « République Soviétique Socialiste d’Ukraine »… De 1917 à 1922, plusieurs Etats ont, successivement ou simultanément, prétendu à la souveraineté sur les territoires à majorité ukrainienne des anciens empires russe et austro-hongrois.
    Cet ouvrage présente en détail, pour la première fois en France, leur histoire, leur programme, leurs institutions, leur territoire, leur reconnaissance diplomatique, sur la base de leurs textes fondateurs et d’autres sources d’époque. Il montre comment l’héritage de la première indépendance a été revendiqué par le mouvement national ukrainien durant la période soviétique, puis par la nouvelle Ukraine indépendante à partir de 1991.
    Cette synthèse d’accès facile permet opportunément de réexaminer une période clef, à un moment où la crise ukraino-russe ouverte en 2014 remet en cause les frontières et les bases historiques de l’État ukrainien actuel.
    Lire la suite
    Prix : 16,50 €
  • Échanger les peuples
    Sortie 23.09.2015 - 416 pages -Format 155 x 235
    En 1944, alors que les Allemands entament leur retraite généralisée du front oriental, le pouvoir soviétique décide d’un transfert massif de populations pour faire concorder la carte ethnique avec les nouvelles frontières à l’Est. Il s’agit d’échanger les populations ukrainiennes vivant dans les limites de la nouvelle Pologne avec les Polonais des territoires de l’Ukraine redessinée. De 1944 à 1946, près de deux millions de personnes désemparées se croisent, en route vers leur « patrie ». Face aux groupes nationalistes armés, aux nombreux réfractaires au départ, les représentants des autorités tant polonaises que soviétiques sont tiraillés entre les ordres d’en haut et les réalités locales. Comment a-t-on procédé pour engager, sur une base théoriquement volontaire et bilatérale, ce chassé-croisé de minorités ?
    À partir d’archives et de témoignages inédits, Catherine Gousseff nous raconte cette histoire étonnante, peu connue et souvent poignante qui mêle l’expérience humaine des migrations « ethniques » de sortie de guerre à leur conception et leur mise en œuvre.

    Catherine Gousseff est directrice de recherche au CNRS. Spécialiste de l’histoire des migrations dans l’espace soviétique et est-européen au xxe siècle, elle est l’auteur, notamment, de L’Exil russe (1920-1939) : la fabrique du réfugié apatride (CNRS-Éditions, 2008).
    Lire la suite
    Prix : 22,00 €
  • "Traverser Tchernobyl"
    Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Chornobyl explosait.
    Sur une catastrophe dont on croit avoir épuisé les récits, des secrets peuvent encore être mis au jour.
    Voici vingt ans que Galia Ackerman fréquente ceux qui sont la mémoire de Chornobyl. Scientifiques, artistes, écrivains, ethnographes, et tout ceux qui sont restés, malgré l’interdiction.
    Quelle vie après la catastrophe ? Traverser Chorrnobyl compose un tableau unique et intime du désastre et de ses conséquences. Mais aussi, en creux, de l’ex-URSS et de ce qu’elle est devenue. Loin des images d’Épinal, l’auteure nous emmène dans des lieux inattendus : la plage ensoleillée du bord de la rivière Prypiat, les forêts habitées par une faune sauvage, le cimetière juif abandonné, les alentours du plus grand radar de détection de missiles intercontinentaux de toute l’URSS, les décharges nucléaires… Elle raconte le vieil homme heureux de sa pêche radioactive, les orphelins irradiés, les vrais et les faux héros de Chornobyl.
    Un voyage sur une terre fantomatique. Dans le monde d’après.
    Lire la suite
    Prix : 18,00 €
  • "Le Saint-Empire et l'Ukraine" - L''ambassade de Erich Lassota von Steblau auprès des Cosaques (1594)-
    Au début de l’année 1594, l’empereur du Saint Empire Rodolphe II envoye Erich Lassota von Steblau, diplomate au service de la maison de Habsbourg, afin de conclure une alliance avec les Cosaques zaporogues pour lutter contre les Ottomans. La mission, bien que ne semblant pas avoir donné suite, dura plusieurs mois, de janvier à septembre 1594, et Lassota consigna ce périple dans son journal.
    Les manuscrits d’Erich Lassota constituent une importante source historique pour l’étude du début de l’Histoire des Cosaques ukrainiens, leurs mœurs, et leurs institutions politiques et sociales. Dans le même temps, il donne également des informations sur la Ostpolitik des Habsbourg à la fin du XVIème siècle, ainsi que sur le long conflit entre les Habsbourg et l’Empire ottoman, qui à l’époque se trouvaient engagés dans un conflit connu sous le nom de Grande Guerre de Hongrie (1593-1606).
    La présente traduction de l’allemand n’est pas intégrale, et ne couvre que l’année 1594, c'est-à-dire l’année quand Lassota entrepris sa mission auprès des Cosaques zaporogues. Elle est réalisée et introduite par Maxime Deschanet, doctorant en Histoire de l’Ukraine à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris.
    Lire la suite
    Prix : 14,00 €