Livres
Holodomor
  • Les cahiers ukrainiens
    Mémoires du temps de l'URSS, un récit-témoignage .
    200 x 272 mm - 176 pages - 06.2010
    Igort Tuveri est né en 1958 à Caligari en Italie et vit à Paris
    Dans les années 80, il collabore dans des revues comme Métal Hurlant ou Vanity. Ses albums sont traduits en 7 langues.
    Dans ce premier tome, et en courts chapitres, Igort raconte l'Ukraine d'hier et d'aujourd'hui et illustre avec intelligence et inventivité les témoignages recueillis sur place.
    - Serafyma Andriyivna, 80 ans en 2008, avait donc 5 ans en 1932. Elle se souvient du Holodomor. Ainsi fut nommée la terrible famine provoquée à dessein par Staline. Un génocide culturel et physique visant à exterminer par la faim le peuple ukrainien, pour punir ceux qui n'adhéraient pas volontiers à la « collectivisation » et contrer les poussées autonomistes. Il n'y avait que des racines, des hérissons à manger, le pain se faisait avec du foin. Des cas de cannibalisme furent recensés. En deux ans, un quart des Ukrainiens décédèrent.
    - Cela fait plusieurs fois qu'Igort croise sur son chemin Mariya Ivanovna, qui fait la manche. Le 12 septembre 2009, il ose l'aborder. Elle lui raconte avec sobriété toute sa vie. Elle est née en 25. Ses parents travaillaient au kolkhoze, son père cultivait le blé et sa mère, après avoir été boulangère, était devenue comptable. Elle avait 8 ans lors de l'Holodomor ; dans les rues défilaient des charrettes de cadavres et de mourants entassés pêle-mêle. Sur les quatre années de l'occupation allemande, sa mère fut emprisonnée dix mois par les nazis. Elle s'est mariée en 46 avec un ouvrier d'usine et sa fille naquit un an plus tard. Elle regrette le temps de Brejnev où la nourriture était abondante et peu chère, même si les vêtements et tout le reste devaient forcément être achetés à crédit. Après des études universitaires, sa fille et son mari sont allés en Corée du Nord pour travailler comme ingénieurs à un projet nucléaire. Ils en sont revenus malades. Aujourd'hui, après avoir dépensé l'argent qu'elle n'avait pas pour soigner son genre, Mariya rembourse avec la pension de sa retraite, et elle mendie. Maintenant, elle attend la mort.
    - Et il y a aussi Misha, Mykola Vasylevych, Mykola Ivanovych pour raconter leur pays
    Lire la suite
    Prix : 22,40 €
  • Raconte la vie heureuse...
    Souvenirs d'une survivante de la Grande Famine en Ukraine
    Traduction Iryna Dmytrychyn, Préface de Jean - Louis Panne, Post-face de Mykola Riabchuk
    novembre 2009 - 122 pages
    Ce récit émouvant relate, avec les yeux d'une enfant, l'histoire d'une famille en Ukraine à l'époque de la Grande Famine - Holodmor -organisée par le pouvoir soviétique de 1932-1933. La simplicité de narration de la vie de cette famille ordinaire lui confère la force de l'universalité, rendant ce témoignage représentatif du calvaire de centaines de millies d'autres familles dans cette page tragique de l'histoire.
    Lire la suite
    Prix : 12,50 €
  • Les champs cannibales
    Roman Rijka , né en 1961, est spécialiste de la Roumanie, de la Russie et de l'Ukraine - en particulier de la première moitié du xxe siècle -, Roman Rijka est un passionné d'histoire militaire.
    L’histoire de l’Ukraine est totalement méconnue en France, et je souhaitais à l’origine écrire un livre plus didactique afin de permettre à un public français de se familiariser avec la redoutable complexité de ce passé si différent du nôtre.
    Très vite, toutefois, la forme romanesque s’est imposée, me paraissant plus à même d’entraîner le lecteur dans cet autre monde, terrible, que fut l’Ukraine de 1917 à 1950. Si Les Sept Trains de l’impératrice abordaient, par le biais de l’épopée, le drame de la guerre civile (1917-1921), Les Champs cannibales reviennent sur un des grands drames de l’histoire ukrainienne : la famine artificielle de 1932-1933. Une catastrophe démographique et sociale qui fit au moins cinq millions de morts dans les campagnes, et brisa à jamais le mode de vie essentiellement rural du pays.
    Encore aujourd’hui, ce désastre est passé sous silence en Occident, et suscite la polémique tant en Ukraine qu’en Russie. Les Champs cannibales ne représentent qu’une tentative, romancée, de transplanter cette tragédie
    dans l’imaginaire.Ils sont, avant tout, un hommage aux victimes.
    R. Rijka, mars 2008
    Réfugiée à l’Ouest, loin de la guerre civile, la princesse Olga, figure de la jet-set, est l’égérie des plus grandes marques de luxe. Mais la révolution n’admet pas de trêve. Lorsque lui parviennent les rumeurs d’une famine provoquée pour briser la résistance paysanne à la collectivisation, l’ex-impératrice, révoltée, décide de sensibiliser l’opinion internationale. Des millions de civils sont menacés, elle doit sauver son peuple. Son amie Tatyana Duchesne, intrépide reporter, accepte de partir mener l’enquête.
    Tandis que la machine médiatique s’emballe, les jeunes femmes se heurtent à l’impitoyable commissaire Marlov et à son acolyte, la danseuse étoile
    Lilia Lilifieva dont la présence inquiétante plane sur de noirs complots.
    Lire la suite
    Prix : 22,00 €
  • La famine-génocide
    1932-1933 en Ukraine.
    Dans les belles -lettres ukrainiennes (2003)
    80 pages
    Lire la suite
    Prix : 25,00 €
  • Champ. Soir et matin
    Février 2013 -
    Édition bilingue franco-ukrainienne.
    59 pages 11cm x 17 cm
    La nouvelle "Champ ; soir et matin" commémore les évènements tragiques du peuple ukrainien, le Holodomor. C'est le nom composé des mots "holod' (faim) et "mor" (extermination ) qui désigne la Grande Famine des années 1932 - 19333 organisée par le pouvoir soviétique afin d’accélérer la collectivisation des paysans et de dompter les mouvements anti-soviétiques dans la campagne ukrainienne.
    Lire la suite
    Prix : 7,00 €
  • Lettres de Kharkov (KHARKIV)
    Date de parution : 18/11/2013, Format : 15 x 23 cm, 288 p.,
    La famine en Ukraine 1932-1933
    Traduit par Dominique Négrel
    Langue d'origine : Italien
    Traduit par Anaïs Bokobza
    Langue d'origine : Italien

    Préface de Nicolas Werth
    Avec la contribution de Iryna Dmytrychyn

    « Mais si cette lettre tombe entre vos mains, vous les gardiens du “pays de la Liberté”, soyez maudits, bourreaux de la Russie détruite, destructeurs de familles, assassins d’enfants ; tôt ou tard la vérité éclatera au grand jour. »
    Au début des années 1930, le gouvernement fasciste italien met en poste plusieurs diplomates en URSS. Attentifs aux manifestations de la politique stalinienne autant qu’à la vie quotidienne de la population désespérée, ils font état, dans des rapports réguliers, des événements terribles de la collectivisation forcée et de la famine, appelée Holodomor, qui coûtèrent la vie à des millions de personnes. Ces documents exceptionnels, écrits sur le ton d’une chronique depuis Moscou, Kharkov (Kharkiv) ou Batoum, évoquent entre les lignes les sacrifices de la population, mais aussi les événements marquants de la grande Histoire. Ils nous permettent aujourd’hui de mieux comprendre cette période cruciale de l’histoire soviétique.

    Longtemps oubliés au ministère italien des Affaires étrangères, ces témoignages ont été mis en lumière par le travail d’Andrea Graziosi. La traduction parue dans les Cahiers du Monde russe et soviétique est ici complétée par de nouveaux documents, inédits en français, par une préface de l’historien spécialiste de l’URSS Nicolas Werth et une introduction revue et augmentée.

    Un document exceptionnel sur l’une des pages les plus tragiques de l’histoire du XXe siècle.
    Lire la suite
    Prix : 22,00 €
  • Quand Staline nous affamait
    Date de parution : 20/08/2015/ 21.5 x 14.1 cm
    Résumé
    Un puissant témoignage des crimes commis par le régime stalinien et une dénonciation de la folie de Staline, responsable de la mort de millions de personnes. Le récit est le message d'un réfugié ukrainien qui a souhaité raconter à son pays et à sa famille les horreurs dont il a été témoin. Une histoire couchée sur papier par sa fille, pour que son témoignage, commun à celui de nombreux ukrainiens, ne tombe pas dans l'oubli.
    A lire aussi :
    www. http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2016/01/18/un-livre-decouvrir-litineraire-dun-survivant-du-stalinisme-en-ukraine/
    Lire la suite
    Prix : 18,90 €
  • LA GRANDE FAMINE EN UKRAINE - HOLODOMOR
    Connaissance et reconnaissance
    janvier 2017 • 216 pages
    Ces contributions d'éminents chercheurs venant du monde entier (Canada, France, Italie, Pologne, Ukraine), reflètent l'état des recherches sur le Holodomor. Elles abordent notamment la question de la place de cette grande famine (1932-1933) dans l'histoire européenne et de sa qualification en tant que génocide.
    Lire la suite
    Prix : 22,00 €
  • Ukraine 1933, HOLODOMOR
    Date de parution: le 22 novembre 2017.
    288 pages - format 153 x 235 mm
    Préface de Stéphane Courtois, postface de Didier Rance
    HOLODOMOR est le terme qu’utilisent les Ukrainiens pour désigner le génocide contre le peuple ukrainien.
    Philippe et Anne-Marie Naumiak, enfants d’un survivant du Holodomor qui a vécu en France pendant plus d’un demi-siècle, font le choix de témoigner pour l’Histoire : « Notre démarche n’est pas une quête de racines que nous n’avons, du reste, jamais oubliées. C’est un retour que nous savions inévitable aux sources d’une tragédie familiale, politique, mémorielle, nationale et religieuse dont nous sommes les témoins et les héritiers. »
    Après avoir retracé l’itinéraire de leur famille, ils livrent au lecteur des récits authentiques, recueillis en Ukraine, dans lesquels les derniers témoins du Holodomor racontent l’horreur – inimaginable, indicible, absolue – qu’ils ont connue.
    Illustration de couverture : Serhiy Savchenko
    Lire la suite
    Prix : 24,80 €